L'histoire de Val-David

 

La résidence Ste-Esther en 1922. Dessin Sonia Paquin, 2000.
La résidence Ste-Esther en 1922. Dessin Sonia Paquin, 2000.

Maison Sainte-Esther vers 1922. Archives de la SHPVD.
Maison Sainte-Esther vers 1922. Archives de la SHPVD.

Résidence Sainte-Esther en 1999. Photo Sonia Paquin.
Résidence Sainte-Esther en 1999. Photo Sonia Paquin.

Maison Sainte-Esther en 2004 . Photo Claude Proulx.
Maison Sainte-Esther en 2004 . Photo Claude Proulx.

La résidence Sainte-Esther des Sœurs de Sainte-Anne

par Claude Proulx (2001)

J’apprends avec plaisir qu’il vous agréerait d’ouvrir une maison de votre Communauté à Bélisle’s Mill. J’approuve de tout cœur votre projet et je ne doute pas que monsieur le Curé s’empressera de faire les démarches voulues pour confier l’École du village à vos Sœurs. Bélisle’s Mill est une belle petite localité à proximité de la voie ferrée et surtout à l’altitude idéale pour les personnes faibles. Vous me dites toute votre satisfaction d’avoir une mission dans notre jeune diocèse. Je m’en réjouis moi-même et il me semble que l’avantage est surtout de notre côté.
Lettre de Mgr Brunet à Mère Marie-Léopoldine, 1921. (27)


Sœur Marie-Antonine, Albina Bélisle, est née le huit décembre 1862 au Lac Grand-maison, aujourd’hui le Lac Paquin. En 1883, à l’âge de 21 ans, elle joint la Congrégation des Sœurs de Sainte-Anne.
C’est la fille de Julie Sentenne et de Joseph Bélisle, qui sont devenus propriétaires du Moulin à farine et de la scierie sur la rivière du Nord.

Durant l’été de 1921, la Religieuse obtient la permission de venir passer quelques jours dans son village natal, chez son frère Eugène et sa sœur Marie-Louise. À son retour à la Maison Mère à Lachine, elle raconte à l’Économe générale dont elle est l’adjointe, que son frère Eugène et le curé Ernest Brousseau, souhaitent que les Sœurs viennent s’établir à Bélisle’s Mill, pour enseigner aux enfants du village.

Le 23 novembre 1921, le Conseil de la Congrégation, décide de d’ériger La Résidence Sainte-Esther, en hommage à Esther Blondin, Mère Marie-Anne, la fondatrice des Sœurs de Sainte-Anne en 1850. Il s’agit de la 85e résidence de La Congrégation au Canada. . 27)

Le premier avril 1922, la Communauté acquière cinq arpents de terre de monsieur Léonidas Dufresne et une autre parcelle de terrain de la Fabrique de la Paroisse St-Jean-Baptiste de Bélisle Ce terrain avait antérieurement été la propriété de Grégoire Labelle qui l’avait acquis de la Couronne en 1879, puis successivement de François Caron et de son fils Noé ; de Procul Barbe et de son fils Gilbert ; de Joseph Beauséjour et enfin de Henry Berlind. 4)

Les travaux de construction de la Résidence débutent par une bénédiction du chantier, le huit mai 1922, pour se terminer vers la mi-septembre. Là on érige le plus beau et le plus vaste établissement du village. Il mesure 15 mètres de façade, sur 24 mètres. L’édifice à deux étages, est flanqué d’un immense grenier et assis sur une fondation de deux mètres quarante de hauteur. Le bâti extérieur est en brique rouge et le toit en mansarde à quatre façades. Tout en haut de la façade principale, au niveau du grenier, on y érige une niche pour y loger une statue de Sainte-Anne.

Depuis toujours et encore aujourd’hui, dans le langage courant des villageois, on parle du Couvent des Sœurs pour désigner La Résidence Sainte-Esther.
En plein centre du village, voisine de l’Église, elle est située au 2464, rue de l’église, et fait partie du lot trente, rang 11 dans le canton Morin, sur un magnifique domaine qui occupe une superficie de 179 589 pieds carrés, doté de plusieurs pins et sapins que l’on dit centenaires.

Du coté sud, l’aventurier y découvre une île, d’une longueur de quelque soixante-cinq mètres, formée par un embranchement du ruisseau Doncaster, laquelle constitue une oasis de calme. L’Île Sainte-Esther, comme veut bien la nommer la Supérieure actuelle Sœur Jeannine Gouin, est connue des villageois comme l’Île des Sœurs.

Le 23 septembre 1922, la première équipe de religieuses arrive ; Sœur Marie-Frédéric est la Supérieure, assistée de Sœur Joseph-Hector, la maîtresse d’école; Sœur Marie-Élisabeth-du-Rosaire la cuisinière et Sœur Anne-Marie l’infirmière.

L’électricité est fournie par un dynamo que monsieur Joseph-Roch Larocque, propriétaire du Moulin à scie, partage avec les Sœurs. Un puits alimente la Communauté en eau potable.

À la mi-juillet 1923, alors que les Sœurs croient leur puits desséché, on procède à d’intenses prières à Mère Marie-Anne, patronne de la résidence pour qu’elle leur ramène l’eau au puits. Le 24 juillet, l’eau revient. Au Miracle !

Le quinze septembre 1932, on inaugure une magnifique grotte dédiée à la Vierge du Bocage, puis au printemps de 1933, l’aqueduc municipal fournit l’eau et cette même année les Sœurs jouissent du service téléphonique.

Durant les années de 1951 et 1952, on procède à des modifications importantes de l’édifice. Le grenier du troisième étage est transformé en un solarium de quatorze chambres.

En 1961, on installe une chaise ascenseur et en 1970, des éviers et des prises de courant électriques dans toutes les chambres de la Résidence.

Le domaine de la Résidence Sainte-Esther se dote de nouveaux bâtiments au fil des ans. Un poulailler et une étable sont érigés en 1953 lesquels sont transformés en 1965 en un Camp baptisé, le Pavillon Kankiri.

En 1955, la Communauté achète la Maison Beaulieu, là où ont résidé les curés Armand Leclerc et Maurice Monty jusqu’en 1930 et qui devient la Villa Sainte-Anne, destinée principalement aux maîtresses d’école. Depuis 1963, La Villa Collette est en opération pour y loger les prédicateurs, les animateurs du troisième âge ainsi que des religieuses en vacances. En 1972, la Villa Sainte-Anne est vendue à la Caisse Populaire de Val-David.

Toujours la propriété des Sœurs de Sainte-Anne, le domaine de la Résidence Sainte-Esther est aujourd’hui dirigé par la révérende Sœur Jeannine Gouin.

Marie-Esther Sureau dit Blondin la fondatrice de la Congrégation, est béatifiée Bienheureuse Mère Marie-Anne, le 29 avril 2001, par le Pape Jean-Paul II.

La Congrégation des Sœurs de Sainte-Anne a pris un soin particulier à la conservation et la préservation de la Résidence Sainte-Esther et de son domaine. Un site historique, qui fait la fierté du patrimoine du Village.